Comment ralentir l’évolution de la maladie d’Alzheimer ?

Tout comme le syndrome de Parkinson, la maladie d’Alzheimer est une maladie neurodégénérative qui est liée au cerveau. Elle est caractérisée par la perte de mémoire et l’incoordination dans la façon d’agir. Aussi, c’est une maladie qui ne se guérit pas, mais diagnostiquée rapidement, son évolution peut être retardée. Découvrez ici les différents moyens de ralentir l’évolution de ce syndrome.

Se faire diagnostiquer aux premiers signes

La maladie d’Alzheimer est la forme de démence la plus connue, car elle touche 2 personnes âgées sur 5 en France. D’après l’Institut du cerveau, elle est liée au processus du vieillissement, et les premiers troubles dégénératifs se font remarquer après 65 ans. En effet, elle est caractérisée par l’accumulation anormale d’une protéine appelée peptide A-beta, ou encore la protéine TAU dans les neurones, conduisant respectivement à la formation des plaques amyloïdes et à la dégénérescence des neurones. Se faire diagnostiquer dès les premiers symptômes permettrait aux patients de bénéficier d’un suivi spécifique pour limiter les dégâts et ralentir au mieux leur extension. Le diagnostic commence par des tests neuropsychologiques tout en testant les fonctions cognitives du patient.

Alimentation saine et pratique d’activité physique régulière

Le but ici est de limiter au maximum l’accumulation des protéines spécifiques dans le cerveau. Dans ce sens, suivre une alimentation saine permettrait de ralentir un tant soit peu la formation et l’accumulation non contrôlée des protéines. Ainsi, il est préférable de consommer plus de poisson au détriment des viandes industrielles, consommer de la cannelle, les légumes verts, etc. Certaines études ont également montré qu’il existe une relation entre l’obésité et les pathologies liées aux protéines TAU. Par ailleurs, la pratique régulière d’activité physique au lieu d’activité sportive permettrait aux patients de ralentir leur niveau de vieillissement cérébral. Comme activité, vous pouvez pratiquer des marches de 20 à 30 min, monter des escaliers au lieu de prendre l’ascenseur, etc.

Connaitre les symptômes et suivre des traitements symptomatiques

La maladie d’Alzheimer se manifeste par des pertes de mémoire et la difficulté à se retrouver dans des lieux familiers, la difficulté à réaliser des tâches simples, des troubles dans la communication et dans le comportement quotidien ainsi que les sauts d’humeur.

Par ailleurs, certaines molécules peuvent limiter l’évolution de ces symptômes. Bien que leurs actions n’éliminent pas totalement la maladie, elles aident à ralentir son évolution. Ce sont : les inhibiteurs de cholinestérase, les anticholinestérasiques, la mémantine, etc.

Pour conclure, bien que la maladie d’Alzheimer reste incurable, il existe des techniques simples et des médicaments qui permettent au mieux de la limiter. Toutefois, il est crucial de connaitre les symptômes pour pouvoir agir au plus vite.