Quand avoir recours à la réduction mammaire ?

Si une femme trouve le volume de sa poitrine trop important ou si cette dernière à tendance à tomber, il est possible d’envisager la chirurgie. Il existe plusieurs chirurgies mammaires visant à réduire le volume des seins ou à les remodeler : la réduction mammaire ou la plastie mammaire en font partie.

Qu’est-ce que la réduction mammaire ?

La réduction mammaire est une chirurgie permettant de diminuer le volume des seins. L’excès de graisse à cet endroit peut aussi être associé à une ptose mammaire (un affaissement de la poitrine) ou à une certaine asymétrie des seins. Un trop grand volume de la poitrine est appelé hypertrophie mammaire. Cela peut apparaître dès l’adolescence ou bien résulter d’une grossesse ou du passage du temps. Cela peut aussi arriver en cas de forte perte de poids.

La plastie mammaire permet de réduire le volume des seins, jugés trop gros, tout en traitant l’asymétrie mammaire et en corrigeant le relâchement de la peau causé par le poids de la poitrine.

Comment se déroule l’intervention ?

Avant l’intervention en elle-même, il est préférable de consulter son chirurgien une voire deux fois. Lors de la première consultation, il s’agit d’établir les besoins de la patiente mais aussi ses antécédents médicaux pour écarter toute contre-indication à l’opération. Il convient aussi de faire un examen médical poussé de la zone pour déterminer le type de glande mammaire de la patiente, l’épaisseur et la largeur du buste afin de définir le volume le mieux adapté à la silhouette.

Il faut aussi déterminer le type de poitrine souhaité selon la morphologie et la demande de la patiente. La tonicité de la peau est également vérifiée.

Une fois la patiente sûre d’elle (elle a un délai de 15 jours pour changer d’avis), il convient de prendre rendez-vous avec un anesthésiste.

Le jour de l’intervention, sous anesthésie générale, comptez environ 1h30 – 2h selon l’importance de l’hypertrophie.

Lors de l’opération, il est possible de retirer un excès de glande mammaire mais aussi de tissus graisseux et de peau tout en gardant un volume harmonieux par rapport à la silhouette de la patiente. Le volume mammaire restant est ensuite remodelé et rehaussé.

La réduction mammaire s’accompagne d’une correction de la ptôse, puisqu’une fois la glande mammaire en excès retirée, il est nécessaire de remodeler la poitrine. La diminution du volume de la poitrine est associée à un lifting mammaire. Souvent, il est nécessaire de remonter le mamelon (et de le diminuer).

Quand avoir recours à une réduction mammaire ?

Opter pour une réduction mammaire a souvent des motivations esthétiques mais aussi psychiques (pour régler un complexe) et même médical. Une femme peut avoir à privilégier une réduction mammaire si :

  • elle trouve que le volume de ses seins est trop important par rapport au reste de sa silhouette et donc peu proportionnel,
  • ses seins s’affaissent, sont trop lourds et ses mamelons bas,
  • le volume de sa poitrine entraîne des douleurs dans le dos, le cou ou les épaules (car le poids de la poitrine est trop important)
  • il existe une asymétrie avérée (l’un des seins est plus gros que l’autre)
  • la patiente a développé une irritation cutanée chronique en dessous des seins comme des intertrigos ou des macérations.

Il est possible d’avoir recours à une réduction mammaire dès la fin du développement mammaire (soit entre 17 et 18 ans).